image1 image1 image1

Französisch

Il y a plus à voir que seule les cascades! Le carnaval n'est pas une chose que pour les habitants, c'est un événement pour tous!!!

Dans la Forêt-Noire, le carnaval ne symbolise seulement se déguiser. C'est un événement avec tradition qui est aussi nommé « la cinquième saison ». Dans la petite ville Triberg, au centre de la Forêt-Noire, on peut trouver des costumes de l'année 1525. À ce temps là, « les journées folles » du carnaval sont été destinées pour expulser l'hiver.

Jusqu'au 19ème siècle, carnaval était plusieurs fois interdit à cause des guerres ou des changements de gouvernement. À la fin du 19ème siècle, le carnaval est devenue de plus en plus important dans tout le sud de l'Allemagne. À Triberg, la « Narrenvereinigung Stabhalterei » a été fondée en 1868 et la « Narrengemeinde Oberstadt » en 1900.

Finalement, en 1928 la « Narrenzunft Triberg » a été fondée. Cette corporation est devenue membre de la « Vereinigung Schwäbisch Alemannischer Narrenzünfte » en 1960. Aujourd'hui, il est prouvé que le carnaval est fondé sur la foi chrétienne.

Les costumes de la ville :

La « Narrenzunft Triberg » a trois costumes principaux, qui ont été créés au fin du 19ème siècle. Depuis ce temps là, il n'ont presque pas changés. Ils appartiennent au plus vieux et encore actifs costumes et figures du sud-ouest de l'Allemagne.

La figure la plus importante est le diable, qui existe depuis environs 110 ans. La masque a été désignée et sculptée la première fois en 1893 de Friedrich Pfahrer. La commande est venu de l'agence du location de costume Erhardt. Carl Erhardt a possédé deux autres costumes : le « renard rouge » et le « Federeschnabel » qui ressemble à un oiseau. Quelques temps plus tard, Erhardt a désigné un costume correspondant à la masque du diable.

Après les deux guerres mondiales, le carnaval est devenue de plus en plus populaire. Les conseils de la « Narrenzunft » qui s'appellent « Narrenräte », voulaient avoir une figure, qui pouvait être portée de touts les citoyens. Alors ils ont donné à Manfred Merz la commande de sculpter plusieurs masques du diable. Le « renard rouge » et le « Federeschnabel » sont jusqu’à aujourd'hui des figures solitaires. À ce temps-là, Merz a aussi désigné la masque du « Spättle » d'après un photo. Aujourd'hui, il y a environs 500 diables et 80 « Spättle ». La « Narrenzunft » détermine le nombre des « Spättle ».

La masque traditionnelle de la ville : le diable

Toutes les masques sont sculptées à main et fait de bois. Le visage est rouge, les cornes, les cheveux et la barbe sont noirs. La masque rigole et on peut voire les dents blancs. À la masque est fixé une casquette sur laquelle il y a un queue de renard. Le costume est rouge avec des galons noirs. Le diable a aussi une ruche noire et deux lanières en cuire avec 11 cloches en bronze. Dans la main, le diable porte un fouet.

Le « Spättlehansele » :

La masque du « Spättle » est douce et du couleur beige avec des joues rouges. Sur les pantalons et la veste il y environs 1500 pièces d'étoffe. Chaque pièce doit être fixer avec un fil spéciale de 0,8 mm. Les « Spättle » doivent être annoncés à la « Narrenzunft ». Après l'annonce, on a deux ans de temps à coudre. Les « Spättle » ont une ruche blanc et une tondre large de bois.

 

Le « Federschnabel » : 
La masque de ce oiseau n'est pas fait de bois, mais de fer-blanc. Elle montre la tête d'un oiseau de proie. Le costume est vraiment vieux. Il est déjà décrit dans des libres du fin du Moyen-Age. Le costume est rempli partout avec des plumes en couleurs rouge, bleu et jaunes.

Le renard rouge : 
Au début du carnaval, le renard a eu une masque douce. En 1952 Merz a sculpté la masque comme elle est jusqu'aujourd'hui. Le costume est rouge, et partout il a des pièces d'un vrai renard. Il a le même fouet que le diable.

« Les journées folles » ressemblent a une semaine de grand fête. Pour presque tous les associations de carnaval en Forêt-Noire, le carnaval commence exactement une semaine avant mercredi des Cendres. Les enfants se réunissent pour chercher la poupée du carnaval. Après d'être trouvé, elle sera porté à la place du marché et accrochée.

Le « Jeudi Gras » est le plus important jours du carnaval à Triberg. Dans le matin, la « Narrenzunft » visite les écoles et libère les enfants. L'après-midi vers 15 heures le défilé des enfants commence. Plusieurs groupes déguisées se promènent dans la ville. Dès que la nuit tombe commence le défilé traditionnel des diables. Seulement les diables originaux y participent et chaque personne porte une torche. Toutes les lumières dans les rues sont éteints et il y des torches rouges au sol.

Après il y une fête dans toute la ville et les diables sont dans l'hôtel de ville. À cause d'une interdiction du Pape Benoît XIV, la ville reste calme le vendredi. La pause fera du bien à chaque participant du carnaval.


Le dimanche, vers 6 heures, il y une groupe qui s'appelle « Radautrommler » et qui réveille toute la ville. Les hommes portent des tambours en fer-blanc et font du bruit, se promenant dans les rues. Seulement les personnes qui vivent un peu loin du centre, peuvent dormir tranquillement.

L'après-midi vers 14 heures commence le grande défilé avec plusieurs groupes déguisées. Les costumes sont vraiment beaux et souvent fait-à-main. Au fin du défilé marchent les masques traditionnelles de la ville. Les diables essaient de attraper des personnes et de les mettre dans le chariot des diables. Souvent les personnes ont peur en voyant un diable qui courre vers eux, mais les diables les peignent noire et leurs donnent un petit cadeau. C'est juste un plaisir. Le soir il y a de nouveau une grande fête dans la ville.

Mardi le soir, les choses sont presque déjà passées. Les participants du carnaval sont vraiment tristes. Il y a un petit défilé jusqu'au place du marché où la poupée du carnaval sera brûlée. Les personnes autour du feu crient très fort, parce qu'il sont tellement tristes. Les conseils de la « Narrenzunft » et les hommes des « Radautrommler » portent des chemises de nuits blanches. Pour la dernière foi, l'orchestre de la ville joue le « Narrenmarsch » qui est la chanson traditionnelle de Triberg pendant le carnaval. La seule personne qui est contente ce moment-là est le maire, parce que lui peut rendre dans son bureau dans l'hôtel du ville. En regardent les participant du carnaval autour du feu, vous avez peut-être aussi des larmes dans les yeux…

Le mercredi des Cendres, tous portent des vêtements de deuil et le soir on mange ensemble hareng. Tout le monde se réjouit d'avance pour le prochain carnaval.

Venez et participez au carnaval dans la Forêt-Noire. Il vaut absolument la peine !!!

joomla templatesfree joomla templatestemplate joomla
2017  Narrenzunft Triberg